Philippe Lemaire Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Auteur de fantastique
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -37%
Jeu Mille Bornes – Version Luxe à 12,45 ...
Voir le deal
12.45 €

 

 Tarzan

Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeSam 8 Mar - 14:09

Moi qui croyais connaitre l' essentiel de l' oeuvre d' Hogarth sur Tarzan, je suis tombé par hazard sur ça :

Tarzan  Hogart11

J' ignore si c' est antérieur ou postérieur à sa production "post-Foster", mais faut que je trouve l' album dont c' est issu ! (ça parle de l' enfance de Tarzan en tout cas car je "connais" la scène pour l' avoir lue dans les romans de Burroughs).


Dernière édition par Philippe Lemaire le Sam 16 Nov - 12:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeLun 10 Mar - 21:15

Bon, ben j' deviens nul en recherche "googleienne", impossible de trouver de quel album vient ce dessin... Crying or Very sad J' ai ressorti la ré-édition des Tarzan par Soleil d' il y a une dizaine d' années et j' ai comparé le trait : ce dessin ne date pas des débuts d' Hogarth, ça c' est sûr !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeLun 10 Mar - 21:42

A priori, ça pourrait venir d' un album intitulé "Tarzan of the apes" (adaptation du premier roman de Burroughs) édité en France en 1973 aux éditions Williams... Ca va être coton à trouver ça !...
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Valiesto
Invité



Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMar 15 Déc - 20:24

Bonjour, j'ai le livre Tarzan of the apes editions williams france 1973 !!! Effectivement il y a bien l'illustration du dessus...mais en couleurs...C'est un livre cartonné 22x28 avec une intro de Maurice Horn et une grande préface sur Burne Hogarth.
Revenir en haut Aller en bas
wizburf
Saigneur de la Nuit
wizburf

Nombre de messages : 285
Date d'inscription : 02/10/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMar 15 Déc - 21:03

Cette remontée de post me fait penser qu'en ce moment, je rachete des fantastik et autres ere comprimée a 1-2 €, vu que les aredit ca devient pour les bourges. Les années 80 vôté vieux mag a la pointe de l'epoque.
Tout en noir et blanc qui font ressortir l'histoire couleur super léchée type segrelle, comme on n'en trouve plus aujourd'hui.
Idem les styles espagnols ou italiens, agréables rappel en ces jours de comics mangatisés, avec des histoires elles aussi très ancrées dans leur décennie, guerre froide, quete dans l'absurde, entremêlé d'héroïsme.
L'air de rien memes les vieux corben archi relus dans ces magasines, ca leur redonne une sacrée peche !!
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMer 16 Déc - 10:50

T' as bien de la chance Valiesto ! J' ai jamais réussi à mettre la main dessus. J' ai pas encore essayé via le net remarque... Embarassed
J' ai réussi suite à un coup de bol phénoménal (un vieux bouquiniste) à mettre la main sur la collection presque complète des Tarzan version roman mais j' aimerais bien dégoter aussi cette version illustrée (c' est pas vraiment une bd je crois ?) qui est fidèle au roman d' après ce que j' ai pu lire. Ca correspond au premier roman j' imagine ? (Tarzan of the apes)

Bien d' accord avec toi Wiz, il y a des petites perles dans les vieilleries ! Et concernant Tarzan, c' est quand même Monsieur Hogarth qu' un confrère scribouilleur m' a qualifié de... Dieu !!! Tarzan  943792 (sur la fin de sa carrière bien sûr, il a comme tout le monde commencé et ses premiers Tarzan... ben... ils ressemblaient aux premiers travaux de tout scribouilleur débutant quoi ! Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
geekman
Maître Vampire
geekman

Nombre de messages : 63
Age : 47
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 24/06/2008

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeJeu 17 Déc - 12:21

dommage, on ne la voit plus l'image en question Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
http://zeddero.over-blog.com/
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeJeu 17 Déc - 14:34

Ouais, c' est bizarre ces "disparitions" qui surviennent de temps en temps... Suspect

Je la reposte (en couleur Very Happy )

Tarzan  Tarzanj
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
olivier
Invité



Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMar 25 Mai - 9:07

salut Very Happy coup de chance pour toi cette image est tirée d un one shot de hogarth tu le trouveras sur ce lien dans le chapitre V voili voilou et je l ai en ma possession hihi
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Invité



Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMar 25 Mai - 9:08

Tarzan  853696 oups j ai omis le lien le voici ....

Revenir en haut Aller en bas
olivier
Invité



Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMar 25 Mai - 9:09

Revenir en haut Aller en bas
olivier
Invité



Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMar 25 Mai - 9:12

désolé je veux pas polluer mais visiblement en tant qu invité les liens marchent pas ...
bref tu trouveras ca en cherchant l album suivant :
date 1972
editeur williams france
c est un essai de hogarth suivi en 1976 d un autre essai en noir en blanc mais non traduit en francais
le site c est acosave.awardspace .com voila
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMer 26 Mai - 11:39

Merci pour ces liens Olivier, je vais tâcher de mettre la main sur cet album. Very Happy
Hogarth est peut-être le seul dessinateur (je ne les connais pas tous, loin de là !) dont je sois réellement "fan". Son noir et blanc me laisse rêveur et je n' ose pas imaginer ce qu' il donnerait avec les outils de colorisation modernes... cyclops
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
olivier
Invité



Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeMer 9 Juin - 8:48

cheers c est sûr je suis d'accord. En tout cas si tu trouves la version noir et blanc avant moi fais moi signe mais mis a part chez un collectionneur ca va être difficile je pense .....Bonne chance je garde le lien de ton forum je viendrais faire un tour de temps en temps .....
Revenir en haut Aller en bas
tosc68
Invité



Tarzan  Empty
MessageSujet: tarzan   Tarzan  Icon_minitimeVen 22 Oct - 17:30

Je l'ai le livre. C'est bien en couleur, 1973, Hogarth. Le livre s'appelle simplement "TARZAN".
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeSam 17 Mar - 12:01

Après 30 ans de recherches, j'ai enfin réussi à réunir les 8 premiers Tarzan de Burroughs en version roman (merci internet...).

C'est pas de la haute littérature mais c'est "frais" et ça me rajeunit !!!  Tarzan  197155  Wink

Tarzan  Les_8_10
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Philippe Lemaire
Admin
Philippe Lemaire

Nombre de messages : 1732
Age : 56
Localisation : Saint Ouen sur Iton
Date d'inscription : 15/01/2007

Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitimeSam 16 Nov - 13:08

Au hasard d'un échange sur le net, j'ai été amené à faire quelques recherches sur Tarzan, et je suis tombé sur cette histoire parue dans le magazine "Men's adventure" en mars 1959. Controversée, elle est considérée comme un canular par certains, mais comme authentique par d'autres, d'autant plus que ce magazine avait la réputation – semble-t-il méritée – de ne publier que des histoires vraies. En vieil habitué des recherches googleiennes que je suis devenu, j'ai donc effectué ma propre enquête, et je retranscris ici l'article du journal de 1959, agrémenté de mes propres découvertes et/ou réflexions.

Avant que vous ne vous plongiez dans cette lecture, je rappelle les propres mots d'Edgar Rice Burroughs au début du premier tome de la saga de Tarzan (traduction de John Duval pour l'édition de 1970) :
" Je tiens cette histoire d'un homme qui n'était sans doute pas autorisé à la révéler. Un verre de vin lui a tout d'abord délié la langue, et je crois que par la suite, le scepticisme avec lequel je semblais écouter son récit l'a incité à le poursuivre jusqu'au bout. Quand il s'aperçut un peu plus tard qu'il m'en avait trop dit sans me convaincre pour autant, une bouffée d'orgueil lui monta à la tête – le vin y étant sans doute pour beaucoup – et il sortit des pièces écrites : un manuscrit moisi et des archives de l'Office colonial britannique. Je n'affirmerai pas la véracité de cette histoire, car je n'ai pas été témoin des événements qu'elle relate. Mais le fait que, dans mon propre récit j'aie donné aux personnages des noms fictifs prouve assez que je crois sincèrement à son authenticité. Les pages jaunies et couvertes de moisi du journal intime d'un homme mort depuis longtemps, tout comme les archives de l'Office colonial britannique, concordent parfaitement avec le récit de mon amphitryon."
L’homme qui était vraiment. . . “Tarzan” – par Thomas Llewellan Jones. – Man's Adventure Magazine ~ Mars 1959

Tarzan  59-man10

Tarzan, ainsi que le décrivait M. Burroughs, était un jeune noble anglais, un certain Lord Greystoke, perdu dans la jungle alors qu'il était encore enfant et qui a grandi parmi les singes. Au moment où le livre est paru, il n’y avait aucun doute que c’était un personnage fictif - une invention littéraire - pure et simple. Il n'y a jamais eu de Seigneur "Greystoke". Ce nom a été inventé, comme Burroughs le dit lui-même au début de son récit. Mais le personnage réel, la personne sur laquelle repose toute la série, a bien vécu. Il y avait vraiment un homme, un noble anglais, qui, naufragé sur la côte africaine de la jungle, a été soigné par les singes, a grandi avec eux et a finalement survécu à un millier d'aventures avant de revenir à Londres pour assumer son titre et sa position. L’homme était William Charles Mildin, 14ème comte de Streatham. Une « autorité » (mentionnée sans la nommer dans « The book of lists » de David Wallechinsky) suppose cependant que son nom était plutôt William Russell. De fait, si aucun Lord Mildin n'a jamais existé – comme le font justement observer ceux qui nient cette histoire – les familles Russell et Howland (je reviendrai un peu plus loin sur ce deuxième nom), lesquelles appartenaient à la noblesse anglaise, étaient bel et bien installées à Streatham à cette époque, cela est aisément vérifiable et ne souffre d'aucune contestation. Ci-dessous, l'extrait du book of lists :
Tarzan  The_bo10

Pendant 15 ans, entre 1868 et 1883, sa vie fut le prototype de Tarzan. Bien que de nombreux détails étaient inconnus à l'époque, les grandes lignes de son récit étaient parfaitement connues du public. Le "London Times" a publié plusieurs articles sur le noble comte. Et des versions plus romantiques de ses aventures sont apparues dans plusieurs des journaux et magazines illustrés anglais de la fin du 19ème siècle. Edgar Rice Burroughs a eu amplement l'occasion d'étudier ces histoires avant de créer son propre personnage. Et les similitudes entre le séjour de Lord Streatham en Afrique et celui de Tarzan sont trop nombreuses pour être une simple coïncidence. Tout cela est apparu assez récemment. L'existence d'une histoire vieille de 50 ans dans les archives de vieux journaux n'a même pas été remarquée lors de la parution des premiers romans de Tarzan. Ce n'est que vers la fin de 1957, quelque 74 ans après l'événement, que l'attention se porta sur toute l'affaire. C'est arrivé presque accidentellement. Et depuis ce temps, les avocats de la famille des Mildin ont tout mis en œuvre pour étouffer l'histoire.
Le seigneur Edwin George Mildin, 15ème comte, décéda en septembre 1937. Rien n'indiquait l'inhabituel. Sa seigneurie n'avait pas d'héritier. Il n'était donc pas surprenant que l'immense domaine familial soit légué en grande partie à une œuvre de charité. Le testament stipulait que tous les papiers de famille devaient rester secrets 20 ans après le décès du comte. Mais c'était normal aussi. Beaucoup de gens préfèrent garder les détails de l'histoire familiale jusqu'à ce que tous les participants vivants soient décédés. Cela évite beaucoup de désagréments. Pour un avocat, les commandes d'un client sont sacrées. Ainsi, juste après la mort du comte de Streatham, une annonce officielle parut dans les annonces publicitaires du jour, informant toutes les parties intéressées que les papiers de la famille Mildin seraient descellés. La publicité a attiré l’attention limitée qui suit habituellement toute notification légale. Car, à l'heure convenue, étaient présents dans les bureaux : M. Edmund Bennet, l'avocat chargé du dossier, et deux greffiers de son bureau. Personne d'autre n'est venu. Les boîtes et les coffres contenant les souvenirs reposaient sur une grande table. À 11 heures précises, M. Bennet a pris la copie certifiée conforme du testament, a lu le paragraphe applicable, et a demandé formellement s’il y avait des objections à l’application de la réserve. Naturellement, aucun étranger n'étant présent, il n'y en avait pas. Immédiatement, les scellés ont été brisés et les boîtes ont été ouvertes. La plupart des matériaux étaient typiques de ceux recueillis par les vieilles familles anglaises. Il y avait des livres de comptes et des registres remontant à l'époque d'Henri VIII. Des lettres jaunes et émiettées des rois, des reines, des ducs et des comtes étaient clairement rangées dans leurs conteneurs. "Le vieux garçon avait des parents très éloignés", l'un des partenaires haussa les épaules. "Nous pourrions aussi bien leur demander s'ils veulent ce genre de choses, sinon, nous allons tout confier à un musée. Il n'y a vraiment rien d'étonnant ici." Le personnel du bureau commença à ranger tous les papiers dans les cartons quand un des employés, qui avait fouillé dans un coffre en laiton, laissa échapper un étourdissement soudain. "Grand Dieu !" s'écria le greffier. "Regardez ça !" Il avança un épais paquet de papiers qui ressemblaient à un manuscrit quelconque. La page de couverture était soigneusement imprimée à la main : "Un récit des incroyables aventures de Lord William Charles Mildin, 14ème comte de Streatham, qui vécut près de 15 ans parmi les singes et les animaux de la jungle africaine. Stupéfiés, les auxiliaires judiciaires ont pris le manuscrit et ont commencé à le lire. Ils étaient toujours au travail plus de trois heures plus tard, car le manuscrit comprenait plus de 1 500 pages d’écriture fine et minuscule. "Par Dieu !" murmura Henry Randolph, l'associé principal de la firme. "Je me souviens maintenant - il y avait une histoire à propos du père de Lord Edwin. J'ai entendu quelque chose d'étrange et d'incroyable - il y a des années - quand je n'étais qu'un enfant." L'histoire qui se dévoila alors était plus qu’étrange, et prouvait une fois de plus que la vérité pouvait souvent faire honte à la fiction.
Tarzan  Maison13

Ci-dessus : une peinture représentant le domaine de Lord William Russell à Streatham en 1804. S'agit-il d'un aïeul ?...

"Je n'avais que onze ans", écrit Lord Mildin, père du comte de Streatham, décédé en 1937, "quand, dans une crise de colère et d’humeur, je me suis enfui de ma maison et j'ai obtenu une place de garçon de cabine à bord du voilier à quatre mâts, Antilla, à destination des escales africaines et du cap de Bonne-Espérance. » Lord William a décrit le voyage d'Angleterre et de la côte africaine avec beaucoup de précision et de minutie. Ensuite, il a raconté qu'une violente tempête s'était abattue sur Antilla dans le golfe de Guinée, une tempête qui a ravagé le navire pendant plus de 72 heures. "Quand le vent s'est calmé, j'ai découvert que j'étais le seul survivant. J'étais seul dans les eaux du golfe, accroché à une épave. Heureusement, le courant m'a emmené vers la côte -" À ce stade, Bennet a fait consulter d'anciens rapports d'expéditions. Et de fait, les faits ont été vérifiés. Le voilier de quatre mâts, Antilla, était effectivement parti de Bristol, en Angleterre, en 1868 et, selon le Lloyd's Register, avait été perdu, "corps et biens" au large des côtes africaines en octobre 1868 ! Philip José Farmer fait quant à lui état de l’existence d’un document intitulé « le seul survivant du naufrage de l’Antilla », rédigé par un certain John William C Howland en 1960. Or, Howland est le nom d’une famille noble de Streatham ayant des liens avec la famille Russel, autre identité supposée de Lord Mildin. Extrait de "Tarzan alive" de P. J. Farmer :
Tarzan  Antill10

Le document que les avocats avaient entre leurs mains racontait ensuite comment le jeune William Mildin avait été emporté à terre, probablement à peu près à mi-chemin de l'actuelle Pointe-Noire et Libreville, en Afrique équatoriale française (Gabon). La région était en grande partie inhabitée lorsque l'enfant naufragé s'est traîné sur la plage. La jungle épaisse et entrelacée arrivait à moins de 30 mètres du bord de l’eau, et le garçon était étendu sur le sable, épuisé et terrifié.
Tarzan  Plage_11

Photo ci-dessus tirée du reportage « Sur la piste de Tarzan » (Gabon) et correspondant aux descriptions faites par E R Burroughs.

"Je n'osais pas chercher des indigènes, car j'avais toujours entendu dire qu'ils étaient des sauvages - des chasseurs de têtes et des cannibales", écrit-il. "Au lieu de cela, j'ai attendu jusqu'à ce que je reprenne des forces, puis je me suis rendu directement dans la jungle dans l'espoir d'y trouver de la nourriture et de l'eau -" C'est lors de sa toute première incursion dans la jungle que William est tombé sur une colonie de grands singes. De toute évidence, les primates n’avaient jamais vu un homme blanc auparavant. Au lieu de le fuir, ils se rapprochèrent, jacassant avec enthousiasme et avec un grand intérêt. "Pour une raison bizarre, je n'avais pas peur de ces créatures étranges", poursuit-il. "Ils étaient hideux à regarder, mais ils semblaient néanmoins doux et inoffensifs." Leur surprise initiale passée, les singes lui offrirent des noix, des larves et des racines à manger, le poussant avec leurs longs bras grotesques et leurs mains. Affamé, le jeune homme prit la nourriture et la mangea. "J'ai été terriblement malade par la suite, et les singes semblaient comprendre cela. Une fois, une guenon très âgée s’est frayé un chemin jusqu'à moi et me berça dans ses bras." Lord William fut en fait "adopté" par les singes. Après qu’il ait pleinement récupéré, ils l'ont conduit dans une clairière où ils vivaient. "J'étais exceptionnellement fort et agile pour mon âge", écrit-il. "Sans trop de difficulté, j'ai commencé à cueillir des racines et des gaules, puis j’ai appris à me déplacer dans les arbres -"
Tarzan  Cabane10

Photo ci-dessus tirée du reportage « Sur la piste de Tarzan »

Il a également obtenu un couteau, une lance, un arc et des flèches en les volant dans un village autochtone situé à deux ou trois milles vers l’intérieur des terres. La possession de ces armes rudimentaires lui permettait de se sentir plus en sécurité, déclare-t-il. Et, de manière crédible, ils lui ont également permis de se donner une nouvelle stature, et même un pouvoir accru parmi les singes. Avec ces armes, il obtint la nourriture de son choix, chassant au clair de lune. Le garçon n'a jamais abandonné l'espoir d'être sauvé. Il se rendait souvent à la plage et scrutait l'horizon à la recherche de navires de passage. Il a fait cela pendant près de huit mois, de son propre chef, sans résultat.
Puis, en 1869, comme on peut le vérifier en vérifiant les histoires détaillées de l’Afrique (celle d’Edwin Pearsall et de Marion Donamy), les tribus de l’Afrique équatoriale française occidentale se lancèrent dans une guerre d’annihilation féroce qui dura trois ans. La jungle grouillait de groupes d'indigènes en guerre assoiffés de sang. "Mes amis les grands singes et moi-même avons été contraints de rester en fuite pendant tout ce temps", écrit-il. "Je n'osais pas me montrer dans la jungle à chaque fois qu'un des noirs déchaînés se trouvait à proximité. Ils m'auraient tué sur le coup." Il est resté avec les singes. Ils l'ont accepté et lui ont permis de vivre parmi eux. Non, William Mildin n’a pas "appris le langage des singes" - comme le fictif Tarzan plusieurs décennies plus tard dans les livres d’Edgar Rice Burroughs. Il réussit cependant à établir une forme primitive de communication avec les animaux. "Après un certain temps, j’ai capté un certain nombre de sons basiques et gutturaux qui ont une signification particulière pour les grandes bêtes. Il y avait même un son – je l’ai appris en fin de compte – qui était un appel ou un signal spécialement pour moi. Il peut difficilement être rendu en anglais, mais l'interprétation la plus proche serait: "Okhugh." C’était mon signal ou, si vous préférez, mon nom parmi les singes. " Les grands singes s'émerveillaient de la façon dont il chassait, du fait qu'il mangeait de la viande - et surtout qu'il pouvait faire des feux. Ces flammes apparemment surnaturelles et scintillantes qu’ils redoutaient au début, ils finirent par les accepter et commencèrent enfin à profiter de leur chaleur. "J'ai fait les feux avec du silex et de l'acier que j'avais volés dans un village autochtone", admet Lord William. "Les brutes sont venues me regarder, non pas comme un leader - car je ne pouvais pas rivaliser avec leurs capacités de force et d'endurance - mais comme une sorte de conseiller muet, bien intentionné et serviable. J'ai trouvé de nouveaux moyens faciles pour dénicher les vers blancs dissimulés sous des troncs pourris, et je pouvais creuser plus facilement avec mon bâton pointu qu'eux avec leurs mains d’anthropoïdes. "Quand l'un d'entre eux était blessé - accidentellement ou dans une dispute, ce qui arrivait souvent -, je lavais la blessure et faisais ce que je pouvais pour soulager la douleur, en utilisant de la mousse fraîche ou de la boue humide. Les singes étaient reconnaissants pour ces services et émettaient des sons joyeux, me pointaient du doigt et dansaient pour démontrer leur joie ... "
Lumineux, débrouillard, travailleur, William Mildin a appris à fabriquer ses propres arcs et ses flèches. Vivant à l’air libre, les sens stimulés par la pureté de sa vie naturelle, il était capable de repérer la moindre trace d’animaux et de suivre sa proie à des kilomètres à travers la jungle. Lorsque le conflit interne entre les Noirs a finalement été résolu en 1872, il avait presque 15 ans. C'était un adolescent maigre et musclé qui s'habillait de peaux de bête et errait dans la jungle avec autant de confiance que s'il se promenait dans Piccadilly. "C'est à ce moment-là que je suis entré dans une période au cours de laquelle j'ai abandonné tout espoir de sauvetage", raconte-t-il. "Je me suis résigné à rester en Afrique. Je n'avais aucun moyen de savoir comment ni où aller pour entrer en contact avec les Blancs. J'étais conscient de la taille énorme du continent africain et des vastes distances en jeu. À dire vrai, j'ai même exagéré les distances dans mon esprit, de sorte que je les ai probablement triplées ou quadruplées… "
Tarzan  Gorill10

Ci-dessus : un gorille du Gabon. Les chimpanzés et les bonobos y sont aussi présents, mais les descriptions de brutes bienveillantes surprises de le voir manger de la viande laissent davantage penser à des gorilles.

En 1874, il rencontra son premier être humain face à face en plus de six ans. Il s'est approché d'un village autochtone avec l'intention de voler, mais a été surpris en flagrant délit par un groupe de guerriers.
"À mon grand étonnement, ils étaient amicaux et m'ont accueilli", a écrit Lord William. "Je suis resté avec eux ce jour-là, puis je suis retourné dans la jungle, chargé de cadeaux. Je suis revenu au village environ un mois plus tard, et j'y suis resté pendant près de cinq ans." L'histoire qu'il raconte est étonnante. Il resta avec les Noirs et vécut comme l'un d'entre eux, épousant, comme le voulait la coutume de la tribu, cinq de leurs femmes et engendrant des enfants par quatre d'entre elles. "A ma grande peine, le chef, N'dunda (déformation possible de N'dumba au Cameroun), m'a informé que ma femme stérile devrait être tuée par les anciens de la tribu, conformément à la tradition ancestrale de leur peuple", révèle Lord William. La femme, a-t-il dit, a été condamnée à mort pour punition de sa stérilité dans un meurtre rituel sauvage. "Pendant ce temps, alors que je vivais avec la tribu, je rendais souvent visite aux singes qui m'avaient sauvé la vie et avec qui je conservais des liens d'amitié. Ils venaient souvent près du village et annonçaient leur présence en appelant et en criant. Dès que j’ai reconnu la langue de ma tribu d’adoption, j’ai raconté aux anciens toute l’histoire. Ils y ont vu une signification surnaturelle et ont décrété qu’aucun membre de la tribu ne pouvait désormais tuer un singe, sauf en cas de légitime défense." En 1880, 12 ans après le naufrage, une autre guerre acharnée éclata entre les tribus indigènes. William s'est battu avec "son" peuple et son cerveau agile a inventé la tactique qui leur a permis de remporter des victoires décisives contre leurs ennemis. "Je leur ai appris à faire des attaques silencieuses et surprises au lieu de foncer dans les broussailles en annonçant leur attaque en criant et en hurlant", a-t-il déclaré. "Je leur ai montré comment feindre, ou encore faire des attaques de diversion." Il était fatigué des combats, cependant. Alors qu'il accompagnait les guerriers tribaux dans une campagne plusieurs kilomètres au nord du village, il décida de les abandonner. Peu de temps après, il se dirigea seul jusqu'à un point situé à 250 milles plus au nord-est. Il y rencontra une tribu qui parlait un dialecte quelque peu similaire à celui qu'il avait déjà appris. Se demandant si ces indigènes avaient vu d'autres Blancs et recevant une réponse négative, il décida de rester avec eux. «C’était la répétition de mon expérience passée. Cette tribu, les Lunugalas, était encore plus amicale et hospitalière que la première. Je me suis « marié » à nouveau - mais cette fois j’ai eu seulement deux épouses, toutes deux belles, avec leurs peaux couleur café et hauts seins fermes. En une année, les deux étaient enceintes."
Tarzan  Villag10

Ci-dessus : un village camerounais au début du siècle dernier.

C'est en 1884 qu'il découvre enfin l'existence d'un poste de traite exploité par des hommes blancs dans le fleuve Chari, qui alimente le lac Tchad. "En apprenant qu'il y avait des Blancs dans les parages, je n'ai pas attendu plus longtemps que nécessaire. J'ai laissé femmes et épouses pour partir vers le Nord. Après une marche de 22 jours, j'ai finalement atteint le poste de traite, situé 50 miles au sud de Fort Lamy. " À son grand étonnement, William a découvert en arrivant là-bas qu'il ne pouvait se souvenir d'aucun mot anglais ! Le poste de traite était tenu par des Français qui regardaient avec incrédulité le jeune homme bouche bée et balbutiant, lequel semblait ne connaître aucune langue et dont la peau avait été brûlée jusqu'à devenir brun foncé. Finalement, il parvint à se faire comprendre d'une certaine manière. Après trois mois sur place, il fut ramené sous contrôle britannique dans le Soudan côtier anglo-égyptien, d'où il partit pour l'Angleterre. C'était cependant en 1885, année où plusieurs milliers de Blancs et le général Gordon ont été massacrés à Khartoum, au Soudan.
Tarzan  Fort_l10

Ci-dessus : Fort Lamy en 1950.

L'arrivée de Lord Mildin en Grande-Bretagne et les étonnantes histoires confirmées qui l'accompagnaient furent cependant étouffées par la masse de féroce patriotisme impérial. Quand une guerre est en cours, les histoires individuelles passent au second plan. Et on soupçonne que la grande majorité des gens n’y ont pas prêté attention. Quelques années plus tard, lorsque les magazines populaires ont commencé à raconter des histoires, les très strictes lois anglaises en matière de diffamation les ont empêchés d'identifier de trop près le noble, voire de mentionner des détails plus étranges. Ce n’est qu’à sa mort, en 1919, que de telles restrictions ont été supprimées. À ce moment-là, personne ne s'en souciait. Quoi qu'il en soit, Lord Mildin a découvert à son retour en Angleterre que son père était décédé quelques années auparavant. Dans l'intervalle, il avait réussi à obtenir le titre et la fortune familiale. Henry Randolph, le partenaire légal d'Edmund Bennet, se souvint du reste de l'histoire de la famille Mildin lorsqu'il avait lu le manuscrit dans son bureau en septembre 1957. Lord William s'était installé dans son domaine ancestral, avait épousé une jeune fille de bien - bien que sans titre - et un fils, Edwin George, était né en 1889. Lord William lui-même est décédé en 1919. Son fils ne s'est jamais marié. Il a vécu seul jusqu'à sa mort en 1937. Moins d'une demi-douzaine de personnes ont eu l'occasion de lire ces journaux, y compris les deux avocats et le personnel du bureau. Quelques semaines plus tard, après avoir consulté les organisations caritatives qui étaient les héritiers du comte de Streatham, un mur de silence solide est intervenu entre le bureau et le public. Tant de nouvelles questions juridiques étaient en jeu et menaçaient même la taille énorme de la fortune de Mildin. Par exemple, en droit britannique, une partie importante de la propriété Streatham était impliquée. Cela signifie qu'il doit nécessairement passer au prochain héritier masculin direct. Si des enfants existaient, Earl Streatham n’avait aucun droit de céder ses biens, même à des œuvres de bienfaisance, car, en vertu de la loi, ce n’était pas le sien. De sa propre écriture, Lord William avait admis avoir épousé au moins six femmes autochtones. Il avait donc engendré plusieurs enfants par elles. Ces enfants et leur progéniture pourraient très bien, et à juste titre, être considérés comme ses héritiers légitimes et légaux. Peut-être même que l'un d'entre eux, plutôt que Lord Edwin, devrait être le 15ème comte reconnu. La publication et l'attestation de tels journaux intimes constitueraient une invitation directe à des séries de poursuites judiciaires, parmi les plus exhaustives et les plus coûteuses de l'histoire britannique.
Et alors, là est la question. Une enquête indépendante auprès des autorités françaises a révélé la légende selon laquelle le seigneur William se serait rendu au poste de traite près de Fort Lamy. Les dossiers de l'armée française pour 1884 contiennent un rapport du commandant du Fort Lamy à cet effet. Les autorités françaises, dans la région où Lord William Mildin a été emporté à terre, ont également confirmé l'existence d'une légende selon laquelle "un homme blanc aurait vécu avec les singes". Ils font également état de nombreux métis parmi les tribus locales, manifestement semi-blancs, lesquels pourraient être les descendants de Lord William. Et au-delà de tout ça ?
Eh bien, pour nous, il ne fait plus aucun doute qu'il y avait bel et bien un « Tarzan ». Comment Edgar Rice Burroughs a-t-il entendu parler de lui - et a-t-il fondé ou non son "Lord Greystoke" sur le modèle de Lord William Mildin ? Eh bien, c’est une bonne question, nous vous laissons vous faire votre propre opinion.
-=Oo§oO=-

Quelques lignes des auteurs du reportage « Sur la piste de Tarzan », lesquels sont allés fouiller la côte gabonaise à la recherche de lieux pouvant correspondre aux descriptions d’ Edgar Rice Burroughs :
« Lorsqu’on s’intéresse à Tarzan et à Burroughs dans le cadre d’un tel voyage, deux points attirent immédiatement l’attention. Le premier, c’est que Burroughs n’a de toute sa vie jamais mis l’ombre d’un pied en Afrique. Ça commence mal me direz-vous? D’autant plus qu’aucun lieu géographique n’est cité précisément tout au long de la saga de Tarzan.
Mais c’est là également qu’intervient la magie de l’imaginaire. Car en se penchant sur les quelques détails visuels fournis dans les romans (les types de végétation, tel fleuve coulant dans tel sens etc...) et bien -diantre!- la position des lieux qui nous intéressent ne laisse plus grande place au hasard. Nous en reparlerons dans un article ultérieur mais nous avons finalement réussi, avec l’aide d’un ami africaniste, à situer plus ou moins précisément la plupart de ces sites. Ce qui nous amène au deuxième point.

Le second point qui a attiré notre attention provient des premières pages de Tarzan, seigneur de la jungle, lorsque Burroughs nous présente son histoire. Le narrateur débute son récit en précisant qu’il s’agit de faits réels qui lui ont été rapportés par une tierce personne, et ajoute enfin qu’il s’est contenté de changer les noms des acteurs de ce drame par respect pour leurs vies privées. Voilà qui devient intriguant: un écrivain qui ne s’est jamais rendu en Afrique nous parle de lieux qui semblent finalement exister et précise qu’il tient l’histoire de quelqu’un d’autre...

Bref, une question ressort : et si la légende de Tarzan était véridique ? »
Tarzan  Sur_la10

Ci-dessus : la couverture de "Sur la piste de Tarzan", de Simon Sanahujas et Gwenn Dubourthoumieu, éd. Les Moutons électriques, sorti le 27 août 2010.
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/philip63lemaire/
Contenu sponsorisé




Tarzan  Empty
MessageSujet: Re: Tarzan    Tarzan  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Tarzan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philippe Lemaire Forum :: SALONS / SHOW ROOM :: BLA BLA GENERAL, HUMEURS DIVERSES /GENERAL BLA BLA BLA – DIFFERENT HUMORS-
Sauter vers: